Créer un compte
Pourquoi créer un compte
  FAQ FAQ  Rechercher dans le Forum   Inscription Inscription  Connexion Connexion

Entretien avec Yvan Marzolf

 Répondre Répondre
Auteur
diagimmo allez vers le bas
Admin Group
Admin Group


Depuis le: 09-Nov-2007
Status: Inactif
Points: 1932
Options des messages Options des messages   Mercis (0) Mercis(0)   Citer diagimmo Citer  RépondreRéponse Lien Direct à ce Post Sujet: Entretien avec Yvan Marzolf
    Envoyé : 05-Fev-2010 à 17:51
 

Il est sans doute le personnage le plus populaire de notre profession. Il en est peut-être aussi le plus controversé. Beaucoup voient en lui une belle plume (ce qu'il est assurément) et un commerçant avisé.  D’autres le jugent opportuniste et mégalo. Il séduit, il agace, mais il ne laisse rarement indifférent. Qui est vraiment Yvan Marzolf, que les diagnostiqueurs connaissent surtout à travers les billets de son blog SOSdiagimmo ? C’est ce que Diagnostiqueur-immobilier.fr lui a demandé. Interview-portrait d’un homme atypique, qui ne manque jamais d’idées ni de projets, qui se définit lui-même comme un « D.E.I. : un Diagnostiqueur Entrepreneur Indépendant. »

 

Yvan Marzolf, vous venez d’un domaine très différent du diagnostic. Vous étiez dans le  vin.

 

J’y suis arrivé vraiment par hasard, comme souvent dans la vie. Dans ma famille tout le monde était dans les vins (depuis 1425), normalement c’était mon frère ainé qui aurait dû reprendre la suite, mais alors que j’étais en maitrise d’économie et de gestion, c’est moi qui me suis retrouvé à 21 ans avec une création de magasin en ville. A l’époque, les vins je n’y connaissais pas grand-chose, mais ça ne m’a pas empêché d’y faire mon nid durant 19 ans et d’y avoir quelques titres œnologiques gratifiants. Quand on aime passionnément ce que l’on fait, on peut réussir partout. C’est la vraie leçon que j’en ai tiré.  La suite est plus classique. Les grandes surfaces ont eu raison de ma cave, les créances clients de mon affaire de vente en gros, et l’Euro de mon business d’import export. La passion elle, ne m’a jamais quitté.

 

Comment êtes-vous venu au diagnostic immobilier ?

 

C’est par hasard, en cherchant une « franchise » pour mon fonds de commerce que j’ai découvert le diagnostic, ou plutôt redécouvert, je me souvenais de ce gars qui était venu nous casser les pieds pour une plaque de fibrociment sur un mur quand mon père avait dû vendre un bien pour prendre sa retraite…

 

C’est donc par hasard que je suis arrivé dans le métier. Quand j’ai commencé à lire ce qu’il y avait sur Internet à l’époque, c’était vraiment l’Eldorado (sur l’écran…). Le diagnostic s’est imposé comme une évidence en moins de deux heures… Les obligations légales, devenir un expert, le marché porteur, les missions qui allaient se multiplier, j’ai tout gobé et je me suis engagé…

 

Ne venant pas du bâtiment, j’ai cherché un réseau de franchise pour, pensais-je, me faire « initier ». A l’époque,  en 2004, il n’y avait pas grand-chose ; Diagamter, Alizé, l’Européenne des Métrés... Finalement j’ai choisi un petit réseau dans lequel le discours me paraissait plus « bâtiment »  que commerçant. Moi ce que je voulais aussi c’était changer de vie, si déjà je changeais de métier. C’est comme ça que tout a commencé.

 

Donc vous vous êtes installé.

 

Oui. Plutôt mal je dois dire. Les agents immobiliers, les notaires, je les connaissais, je les avais rencontrés avant de me lancer, ils m’avaient tous encouragé mais à la sortie personne pour me faire travailler. Alors je suis allé voir dans les grands comptes.

 

Ma première chance, c’est un OPH qui me l’a donné. Faut dire que dans mon esprit « une résidence » c’était 4 appart et une cage d’escalier, alors je n’ai pas eu grand mérite à décrocher l’appel d’offres des DTA. Le jour où il a fallu travailler, j’ai compris mon erreur, mais c’était trop tard… Avec le recul c’est là que j’ai appris à travailler, qu’on m’a laissé prélever, alors j’ai continué sur ma lancée.

 

Qu’avez-vous aimé dans ce métier ?

 

Pourquoi en parler au passé, je fais encore des diagnostics, parce que j’aime ce métier ou plutôt l’idée que je m’en faisais et que j’aimerais y retrouver. Un diagnostiqueur, c’est comme un « Ange » dans un domaine ou les « diablotins » sont si nombreux, que finalement le meilleur rôle c’est toujours lui qui l’a. Il est tout à la fois : technicien, expert, conseiller, confident, assistant juridique,  conseiller familial et médecin. C’est un rapport unique que nous avons avec nos clients, nous entrons directement dans l’intimité des gens.

 

SOSdiagimmo a été le premier blog de la profession et son succès ne s’est jamais démenti. Qu’est-ce qui vous a amené à le créer ?

 

C’était après une formation DPE fin 2006, nous étions douze à table comme les apôtres à râler contre les certifications que l’on devrait de nouveau payer. Le  dernier jour de « la formation » le patron du réseau était venu déjeuner avec nous, j’avais lancé le sujet à table pensant que les choses allaient bouger. « Que veux tu que j’y fasse, m’avait lancé Régis (le patron) », « Vous je ne sais pas, mais moi je vais faire un blog ». J’avais dit ça d’un trait sans réfléchir, le lendemain à 6 heures SOSdiagimmo était né.

 

Vous êtes conscient que vos billets mélangeant l’information, parfois la désinformation, et la promotion de vos activités puissent perdre les lecteurs ?

 

J’ai  toujours trouvé étrange que d’un coté l’on me dise que je me sers de SOSdiagimmo pour faire du commerce et de l’autre qu’on me reproche de perdre des clients chaque fois que j’y exprime une opinion. C’est sympa de me poser cette question, elle me permet une fois de plus de dire que comme vous l’avez compris ce blog, c’est d’abord Yvan qui parle à MARZOLF. C’est un clavier et une page Word vierge  sur laquelle je m’épanche en fonction de ce que je sais. Quand bien même personne ne le lirait que ça ne m’empêcherait pas de continuer « à lui parler »… C’est le premier témoin de ma vie depuis le premier jour ou j’y ai écrit. 

 

Votre propos a muri, il s’est affirmé et développé. Il y a même parfois maintenant des accents presque incantatoires dans vos billets.

 

C’est vrai qu’en jouant la sincérité, l’authenticité, la mise à nu de mes états d’âme, c’est l’homme que je cherche plus que le professionnel , les valeurs et les qualités humaines avant la technique du métier.

 

La maturité c’est autre chose, c’est parce que ce blog m’a permis de connaître, de rencontrer et d’échanger avec presque tout le monde, alors quand on sait on n’écrit plus de la même manière, on fait attention de ne plus heurter les gens qui vous ont éclairés ou que vous allez, par la force des choses, continuer de devoir fréquenter…

Quand nous avons été devant le Conseil d’Etat pour tenter de faire sauter les certifications ou à minima de faire reconnaître la Validation des acquis de l’expérience, le blog s’est enrichit de beaucoup de fonctionnaires. C’est aussi un moyen de rendre compte d’une partie du ressenti intime de la profession…

Ce n’est pas vous qui disiez que nous allions manquer de lecteurs ?

 

La religion semble tenir une grande part dans votre vie.

 

«Mon église est dans mon cœur », c’est ce que j’ai dit un jour à un toxico qui voulait me braquer mon appareil photo dans un parking sous-terrain lors d’une de mes missions,  quand il m’a demandé de quelle religion j’étais. Croire en Dieu, c’est croire en l’homme, alors oui je suis croyant. Pour le reste, en ce moment  le dimanche matin je travaille au bureau … Mais comme j’essaie d’aider des hommes, ça vaut bien une messe. Enfin c’est ce que je me dis et ce que je lui dis si jamais il a Internet…

 

Assumez-vous un cetain orgueil exacerbé ? J’ai le souvenir par exemple d’un billet intitulé Miroir, oh mon miroir…

 

Ce texte a deux ans, on est a mi-chemin entre le début et aujourd’hui. La période où la Centrale décolle, juste après un salon professionnel ou j’avais été comme toujours très bien reçu mais aussi à un  moment ou sur le forum du blog, c’était un peu chaud pour moi. Passer de « Diagnostiqueur engagé »  à « tondeur de Diagnostiqueur » selon votre interlocuteur ce n’était pas toujours facile à gérer. La perception d’un texte par le lecteur est parfois éloignée des sentiments que l’on voulait exprimer, c’est le risque… Aujourd’hui, je gère mieux tout ça. C’est entre autre une des leçons des journées de préventions de Damien Jost.

 

Vous avez mis le blog en sommeil en ce début d’année. C’est une page qui se tourne ?

 

Non, pas du tout, ce sont les journées qui ne veulent jamais faire plus de 24 h…

J’ai tous les jours des diagnostiqueurs en ligne, entre ceux qui veulent licencier pour restructurer et ceux qui veulent investir pour s’adapter, les attentes sont telles que nous sommes en train de revisiter entièrement notre façon d’aider toute la profession.  Moins de polémiques, plus d’actions concrètes. Parfois pour obtenir du concret il faut aussi savoir être moins médiatique. Pour autant, je confirme que SOSdiagimmo ne disparaitra pas de la toile et il conservera sa liberté de ton.

 

Outre SOSdiagimmo, il y a aussi L’Ami du Diagnostiqueur, la Centrale du Diagnostiqueur, Devis-Diag, Maison Passive, l’assurance, le PCR médical et j’en passe… : en deux ans, quel foisonnement !

 

Oui tout, absolument tout ce qui peut apporter du travail  aux diagnostiqueurs et tout faire pour le faire savoir et faire connaître et reconnaître les « Indépendants ». Ainsi, je sais que le PCR médical ce n’est pas notre vrai métier, mais souvenez vous moi aussi j’ai dû aller chercher à coté du règlementaire de quoi manger et il n’y a pas de sot métier. C’est, je crois, la peur de manquer de solutions, quand des gens m’écrivent ou me téléphone pour me dire que ça va mal, qui me fait explorer toutes les pistes.

 

La Centrale du Diagnostiqueur reste ce dont vous êtes le plus fier ?

 

C’est en tout cas elle qui me donne le plus de travail. Peut –être parce que son gérant c’est moi… Mais vous savez, La Centrale d’achat et le cabinet d’assurance, à l’origine c’était des idées pour l’UNECTPI et plus loin la CFDI.  Le but c’était de déboulonner la FNECI l’autre grande fédé des indépendants et des PME dans le métier. Un peu comme au stade de foot, quand deux équipes  du même canton s’affrontent. Une sorte de derby entre deux structures qui poursuivent les mêmes buts. Quand personne n’en a voulu alors que l’on avait déjà tout mis sur les rails, il a bien fallu assumer. Jusqu’ici rien n’a été facile et rien n’est jamais gagné dans ce nouveau métier, alors parler de fierté  c’est un peu prématuré.

 

Qu’est-ce qui vous guide ? Quel est votre objectif ?

 

Essayer de faire avec d’autres ce qu’on n’est pas arrivé à faire avec les premiers pour faire de la centrale un espace commercial d’une nouvelle génération. On parle beaucoup de commerce équitable quand il faut nourrir l’Afrique, mais peu quand il faut faire vivre une profession. C’est un peu ça ma direction…

 

Vous aviez tenté de vous opposer au caractère répétitif des certifications de compétences. Vous aviez dû renoncer.

 

Par la force des choses, nous n’étions que 28 à aller tout au bout de ce qu’il était légalement possible de faire  et quand il a fallu payer le solde à l’avocat nous n’étions plus que deux… Mais le Conseil d’Etat nous a répondu. Ceux qui on lu le jugement ont compris que les certifications ne seront plus jamais abolies. Quand je vous disais tout à l’heure que du côté de la représentation professionnelle nous avions plus de monde que de raison…

 

La profession a-t-elle la représentation qu’elle mérite ?

 

Aie, je vais encore me faire des amis… Du côté de la représentation, la profession fait plus dans la quantité que dans la qualité. Heureusement que le ridicule ne tue pas et que du coté des fonctionnaires de l’Etat certains voient clair dans le jeu. Il faudra un jour qu’ont prenne le temps d’expliquer aux gens ce que c’est vraiment un syndicat ou une fédé.

 

Vous ne cachez pas vos liens avec Jean-Pierre Molia le président de la Fneci.

 

C’est un homme que j’ai combattu du temps ou je pensais que la CFDI était plus « démocratique ». Depuis, je ne crois pas être le seul, nous en sommes tous un peu revenus. La FNECI a compris avant tout le monde, l’importance des services d’accompagnement et d’aide à la profession. Et puis ma famille c’est les Indépendants, les TPE, les PME, c’est La CGPME plutôt que les « cousins » du  MEDEF, pour la défense prud’homale.  Beaucoup de gens parlent de Jean-Pierre Molia, peu ont pris le temps de le connaître. C’est une chance pour la profession que de l’avoir, sa ténacité, ses introductions en font naturellement le meilleur « ascenseur » de toute la profession. Elle ferait bien, de s’en servir plus souvent, la profession, au lieu de toujours vouloir nous faire prendre l’escalier ….

 

Le petit monde du diagnostic immobilier est-il si impitoyable ?

 

Le monde du diagnostic n'échappe pas à la réalité humaine. Des formidables opportunités, sur le papier du moins, alors plutôt que de s'entraider pour le faire évoluer dans une direction profitable à tous, par peur sans doute de gagner moins que son voisin, chacun veut tout manger. A l'arrivée une grande partie ne mange plus, tandis qu'une minorité se goinfre... Je vous laisse chercher l'erreur et les responsabilités ...

Vous avez beaucoup de contacts avec les diagnostiqueurs. Comment les jugez-vous ?

 

J’ai beaucoup d’échecs à partager avec eux, beaucoup de désillusions et je dirai même que d’une certaine manière avec le principe de précaution, j’ai été comme eux victime d’une forme de conditionnement à la peur d’entreprendre quand j’ai débuté dans le métier. Alors aujourd’hui, ils sont comme des frères pour moi. J’ai perdu le mien il y a 5 ans, nous n’étions pas toujours d’accord mais parfois aussi nous nous comprenions sans nous parler. Alors excusez-moi mais les diagnostiqueurs, je ne les juge pas.

 

Quels conseils alors vous leur donneriez ?

 

De bouger et si possible dès cette année. Je sais la crise et tout ça fait qu’ils n’ont pas envie d’investir, mais d’autres prennent déjà leur place. Le diagnostiqueur dans son malheur à aujourd’hui la chance d’être le seul « sachant » dans le monde du bâtiment qui est physiquement certifié, c’est aussi  le seul acteur de la rénovation qui est couvert pour tout ce qu’il écrit par une assurance en béton. « Transforme tes handicaps en force et tu passeras devant ! » Voilà ce que j’ai envie de leur donner comme conseil.

 

Avec les maisons passives, des brillants architectes retournent en formation, les diagnostiqueurs ne doivent pas avoir peur d’un avenir que nous découvrons tous ensemble. C’est rare que dans l’histoire de l’homme tous les acteurs économiques soient sur la même ligne de départ au même moment, avec le Grenelle c’est ce qui est en train de se passer. Ce train-là justement les diagnostiqueurs feraient bien de ne pas le manquer.

 

D’après vous, Yvan Marzolf, à quoi ressemblera le diagnostic dans 10 ans ?

A coté du diagnostic, c’est vers le contrôle que beaucoup de Diagnostiqueurs sont en train de s’orienter. Jean Claude Tremsal  (Objectif Zéro Energie) connaît un grand succès. C’est le signe que « naturellement » la profession prend le virage des contrôles qualité et du service toujours plus pointu envers des consommateurs qui ne tarderont pas à nous apprécier, tant il est vrai que les malfaçons « rénovations » sont déjà nombreuses et que le travail ne manquera jamais dans ce secteur du bâtiment. Nous entrons dans la phase de maturité de notre jeune métier. Selon, qui sait peut-être que dans 10 ans les acteurs pourront cette fois de manière plus crédible parler de cet « Ordre » qui fait encore tant rêver de façon tout à fait prématuré.

Quels sont vos projets ?

 

Stabiliser, pérenniser et si possible institutionnaliser le modèle de la Centrale du Diagnostiqueur, car comme je vous l’ai dit précédemment, je suis venu dans le métier pour faire de la technique. Le  commerce m’a rattrapé, je vais donc tenter de l’adapter et de faire d’une activité commerciale un outil économique au service de tous les acteurs d’une profession. La crise a changé le  paysage, elle a aussi changé les hommes. C’est le premier de mes objectifs pour 2010. Ce métier regorge de talents, je voudrais tenter de les mettre en « musique » pour plus de réussite dans les Cabinets indépendants. Si en plus je parviens à rendre l’ensemble structurellement indépendant, j’aurai gagné mon pari. Ensuite il y a les maisons passives,  la radioprotection, les analyses… Bref la retraite ce n’est pas pour demain…

 

Alors, Yvan Marzolf, qui êtes-vous vaiment ?

 

Disons que je suis un D.E.I. : un Diagnostiqueur Entrepreneur Indépendant. Parce qu’entre nous O.D.I., je n’ai jamais aimé. Ceci dit, vous savez, en finalité je voudrais vous dire que je ne voudrais pas que «  le métier » retienne mon nom, car dans le fond ce n’est jamais moi qui aie fait les choses. Au mieux ais-je été un catalyseur. Les vrais héros de mon histoire ce sont ceux qui me lisent, m’écoutent et finalement me suivent pour essayer de construire cet « autre chose » auquel j’aspire et auquel je crois.   



Edité par diagimmo - 18-Avr-2017 à 21:19
Haut de la page
diagimmo allez vers le bas
Admin Group
Admin Group


Depuis le: 09-Nov-2007
Status: Inactif
Points: 1932
Options des messages Options des messages   Mercis (0) Mercis(0)   Citer diagimmo Citer  RépondreRéponse Lien Direct à ce Post Envoyé : 18-Avr-2017 à 09:21
Yvan Marzolf est mort au cours de la nuit dernière, a-t-on appris ce matin de l’association LDI.

Le diagnostiqueur blogueur militant, dirigeant de la Centrale du Diagnostiqueur, s’est éteint des suites d'une longue maladie.

Toutes nos pensées vont à sa famille et à ses proches.
Haut de la page
cjfdiag allez vers le bas
Newbie
Newbie


Depuis le: 27-Oct-2008
Status: Inactif
Points: 1
Options des messages Options des messages   Mercis (0) Mercis(0)   Citer cjfdiag Citer  RépondreRéponse Lien Direct à ce Post Envoyé : 18-Avr-2017 à 11:11
Sincères condoléances à son épouse et tous ses proches
CJF DIAG SARL
J.F. CHALADYN
Haut de la page
pascal85 allez vers le bas
Senior Member
Senior Member
Avatar

Depuis le: 12-Mai-2009
Pays: Vendée
Status: Inactif
Points: 1172
Options des messages Options des messages   Mercis (0) Mercis(0)   Citer pascal85 Citer  RépondreRéponse Lien Direct à ce Post Envoyé : 18-Avr-2017 à 14:14
C'est clair que Yvan ne laissait pas indifférent. Il en imposait, ne serait-ce que par le nombre de choses qu'il menait de front.
Le métier perd un de ses ardents défenseurs.
Toutes mes condoléances à sa famille.

Haut de la page
Eric001 allez vers le bas
Senior Member
Senior Member
Avatar

Depuis le: 18-Fev-2008
Pays: France
Status: Inactif
Points: 225
Options des messages Options des messages   Mercis (0) Mercis(0)   Citer Eric001 Citer  RépondreRéponse Lien Direct à ce Post Envoyé : 18-Avr-2017 à 19:04
Il est vrai que nous n'étions pas toujours d'accord avec les agissement d'Yvan,
mais il était de tous les combats avec ardeur... toujours prêt à se battre pour notre profession...
Toutes mes condoléances à sa famille et à ses proches
Haut de la page
luluc allez vers le bas
Senior Member
Senior Member


Depuis le: 12-Nov-2007
Status: Inactif
Points: 174
Options des messages Options des messages   Mercis (0) Mercis(0)   Citer luluc Citer  RépondreRéponse Lien Direct à ce Post Envoyé : 18-Avr-2017 à 21:27
Salut à tous

Y'a bien longtemps que je ne suis pas intervenu sur ce forum (exaspéré que j'étais par un donneur de leçons prétentieux qui se reconnaîtra...). Mais là, je ne peux rester silencieux devant cette disparition tragique. Et j'adresse mes plus sincères condoléances à ses proches.

Il se trouve que j'étais l'un des douze apôtres qu'il évoque dans l'interview ci-dessus. C'était lors de notre formation DPE chez Cardonnel (Régis, c'est Régis Cortot, le boss d'Amiante Diagnostic Conseil), parenthèses juste pour authentifier mes propos (bonjour au passage à deux autres apôtres, Rachid et Képé).

Lors de ce repas, nous avions évoqué ce projet de certification, à nos yeux complètement invraisemblable. Yvan a tout de suite compris l'opportunité d'utiliser Internet : <Je vais faire un blog>, a-t-il dit sereinement, calmement, sans que nous y croyions une seconde... Et il l'a fait ! On connaît la suite et son implication militante qui a permis notamment de faire baisser les prix d'assurance.

Alors, même si on pouvait lui reprocher parfois une démarche commerciale, il faut lui rendre hommage pour ses actions envers les diagnostiqueurs indépendants. Il a fait bouger les lignes.

Chapeau l'artiste


Haut de la page
Protube allez vers le bas
Newbie
Newbie


Depuis le: 24-Dec-2008
Status: Inactif
Points: 2
Options des messages Options des messages   Mercis (0) Mercis(0)   Citer Protube Citer  RépondreRéponse Lien Direct à ce Post Envoyé : 19-Avr-2017 à 10:48
Hommage. Au revoir Yvan , je te souhaite un très beau voyage dans ta nouvelle vie. J'adore notre rencontre, j’adore ton côté rebelle et ton grand côté de protéger les autres, cette grande humanité qui t'habite. on ne vas pas laisser tomber tes grands combats, les certifications ! Regarde nous de la haut et donne nous toute ta force. On se retrouvera un jour car personne n'est immortel. Très amicalement . Christian 05 GAP
Haut de la page
million54 allez vers le bas
Senior Member
Senior Member
Avatar

Depuis le: 27-Fev-2008
Pays: Lorraine FRANCE
Status: Inactif
Points: 1241
Options des messages Options des messages   Mercis (0) Mercis(0)   Citer million54 Citer  RépondreRéponse Lien Direct à ce Post Envoyé : 19-Avr-2017 à 12:15
Je veux juste que vous sachiez que je suis vraiment désolé d'apprendre la disparition d’Yvan Marzolf, il était un homme qui a voué une partie de sa vie au service de notre cause, il va manquer à tout ceux qui le connaissaient. Qu'il repose en paix.
"N'attends pas que les événements arrivent comme tu le souhaites. Décide de vouloir ce qui arrive... et tu seras heureux."
(Epictète)
Haut de la page
w4claude allez vers le bas
Senior Member
Senior Member
Avatar

Depuis le: 17-Dec-2007
Pays: Alsace
Status: Inactif
Points: 228
Options des messages Options des messages   Mercis (0) Mercis(0)   Citer w4claude Citer  RépondreRéponse Lien Direct à ce Post Envoyé : 19-Avr-2017 à 14:43
Yvan, c'était vraiment fait connaitre en 2007. Habitant à quelques km de Colmar, nous avions toujours gardé le contact. Grande gueule, rebelle, toujours une longueur d'avance, il a défendu notre profession jusqu'au bout.

Personne ne lui retirera son coté généreux  et constructif, à tord ou à raison ( la recertif encours ... )
" Ce poil à grater"  manquera à la profession.


.../...    le dimanche matin je travaille au bureau … Mais comme j’essaie d’aider des hommes, ça vaut bien une messe.   .../...
Merci Antoine pour cet article sur Yvan
Mes condoléances à sa famille, Qu'il repose en paix. Wink
Haut de la page
Protube allez vers le bas
Newbie
Newbie


Depuis le: 24-Dec-2008
Status: Inactif
Points: 2
Options des messages Options des messages   Mercis (0) Mercis(0)   Citer Protube Citer  RépondreRéponse Lien Direct à ce Post Envoyé : 20-Avr-2017 à 08:58

Avis de décès de Yvan MARZOLF

« Te voir souffrir et demeurer impuissants
A été pour nous un profond chagrin.
Repose maintenant en paix,
Jamais tu ne seras oublié. »

A tous ceux qui l'ont connu, aimé et estimé, nous avons la profonde tristesse de faire part du décès de

Yvan MARZOLF

mon cher et regretté époux, notre tendre papa, mon fils, 
notre gendre, beau-frère, oncle, neveu, cousin, parrain, parent
et ami, enlevé à notre tendre affection le 17 avril 2017,
à l'âge de 55 ans.

Les familles en deuil :
Fabienne MARZOLF, son épouse
Marine et François MARZOLF, ses enfants
Yvonne MARZOLF, sa maman
Les familles parentes et ses amis

La cérémonie religieuse sera célébrée le vendredi 21 avril 2017, à 14 h 30, en l'église Saint-Joseph de Colmar.
L'inhumation se déroulera dans l'intimité.

La famille remercie particulièrement le professeur Doffoel,
toutes les équipes soignantes, pour leur gentillesse 
et leur dévouement, ainsi que toutes les personnes qui s'associeront à sa peine.

Faire part paru dans Les Dernières Nouvelles d'Alsace le 19/04/2017

réf SC_927736600 | publication web le 19/04/201

Haut de la page
NoVice allez vers le bas
Senior Member
Senior Member


Depuis le: 25-Avr-2008
Status: Inactif
Points: 795
Options des messages Options des messages   Mercis (0) Mercis(0)   Citer NoVice Citer  RépondreRéponse Lien Direct à ce Post Envoyé : 22-Avr-2017 à 20:13
C'est avec une grande tristesse que j'apprends la disparition d'Yvan. Si depuis quelques années nos préoccupations professionnelles se sont écartées, nous avons longtemps échangé, et tenté de lutter, contre la façon insupportable de nous traiter, notamment par le biais de cette certification à répétition dont le principe mécontente encore beaucoup de monde. Yvan était un homme vif d'esprit qui a su apporter un éclairage nouveau sur la façon de travailler et de s'adapter à la situation réglementaire subie. Je l'ai connu toujours prêt à ouvrir des voies et à s'engager sur de nouveaux domaines, prêt à partager ses idées et ses précieux contacts avec ses confrères. La création de son blog indépendant a été un évènement et un moyen de rencontre et d'échange unique en son genre. Tenace, parfois surprenant, mais toujours attachant, Yvan ne laissait personne indifférent. Cet alsacien-là va nous manquer. Sincères condoléances à sa famille.
Haut de la page
 Répondre Répondre
  Partagez ce sujet   

Aller au Forum Permissions du forum allez vers le bas

Cette page a été affichée en 0.078 secondes.
Diagactu
Qui sommes nous ?
Nos autres sites
Diagnostiqueur immobilier
Les diagnostics immobiliers
Devenir diagnostiqueur immobilier
Forum diagnostiqueur immobilier
Services aux diagnostiqueurs
Actualités
Interviews
Carnet d'adresses
Textes légaux
Annuaire des formations
Forum des diagnostiqueurs
Petites annonces
Offres d'emploi
Demandes d'emploi
Offres de sous-traitance
Demandes de sous-traitance
Appels d'offres
Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux
Création Mak2 - Hébergement MaSolutionWeb.com
© 2007-2017 Diagactu - Mentions légales